J’ai l’impression de ne pas avoir écrit ici depuis une éternité. Tu sais comment est le temps : il file, il file et il ne s’arrête jamais. C’était un deuxième confinement lent et suave. Parfois un peu anxiogène. Mais surtout plein de beauté. C’est un confinement où je suis tombée en amour comme jamais et qui nous a donné l’impulsion forte d’oser s’installer à deux.

Vivre en couple

Je n’ai jamais vécu en couple dans ma vie. Jamais. Jamais. Jamais. J’ai fais des colocs. Le genre d’auberge espagnol à 5 ou 7. Les petites colocs intimistes à 2. Les colocs fusionnelles, les colocs fonctionnelles. Toutes mes histoires de vie à plusieurs ont souvent été de très grandes histoires d’amour et d’amitié. Mais vivre en couple ? Hé bien c’est différent.

Gamine, je le fantasmais un peu ce moment. Je me disais qu’à 20 ans, on aurait nos deux brosses à dents dans la salle de bain, des chaussons chauds et des mugs avec écrit « chaton » dessus. J’ai 24 ans. Il y a bien deux brosses à dents dans la salle de bain. Mais surtout des placards trop petits, un manque d’espace certain et de la difficulté à co-habiter dans 20m2. Alors l’idée a germé toute seule, sans la pousser : « et si on partait vivre ensemble dans un truc plus grand ? »

En vrai, je triche. On a déjà été coloc par le passé.

On a ajouté une belle couche d’intimité sur notre amitié mais on sait à quoi s’attendre. La vie a deux semble plausible, possible et on garde des souvenirs agréables de notre dernière expérience. C’est ok.

Paris, c’est tout petit alors on part pour de vrai. Changer de ville, changer de pays. Dans ce monde qui part en vrille avec les confinements à tout va, c’est aussi faire un petit saut en dehors de la grande route et se dire qu’il n’y a rien à perdre. Ou pas grand chose.

Bref. On part s’installer ensemble dans un flou tout doux. Polyamoureux, coloc intime, chacun sa chambre et l’envie d’être tout le temps l’un sur l’autre. De l’espace pour ne pas s’étouffer et un mode de vie partagé. Je me sens amoureuse. Je me sens adulte. Je me sens libre, surtout. C’est beau, c’est doux.

L’argent et le couple

Tu le vois où le bat blesse ? Yes, dans le mille : la thune. Tu sais, l’argent c’est cet espèce de truc dont personne ne parle jamais. Ou alors à demi mot. Ou alors seulement quand il y a un problème. Moi, je suis un bébé écureuil assez stressé par l’argent et proche de mes sous. Et j’ai réalisé qu’il y avait un gap entre les colocs habituelles et la vie en couple : la gestion du budget commun.

On achète des meubles. Qui les paye ? On fait moitié-moitié ? Où on se construit en séparé notre mini patrimoine bien distinct en cas de séparation un jour ?

On cuisine et mange ensemble ? Comment organiser un budget course à deux ? Voulons nous un compte joint ? Quelle somme mettre dessus ?

J’écoute le podcast Rends l’argent qui donne plein de points d’entrées féministes sur la notion d’argent au sein du couple.

Il n’y a pas que l’entretien de la maison comme dans une coloc classique. Il y a l’entretien de la vie commune. Et ça, je trouve ça bien, bien, bien reloue. Parce que j’ai à la fois envie de maîtriser ce qui se passe et en même temps pas envie de m’ajouter une charge mentale de ouf sur le dos.

Se transformer en bonne mère de famille

Tu vas rire, mais moi mon kiff ultime dans la vie c’est quand même de jouer la parfaite femme au foyer. J’aime quand la maison est propre et rangée. J’aime accueillir avec un bon petit plat qui sort du four à la fin d’une journée de travail. J’aime m’assurer que le garde-manger est toujours rempli et gérer l’intendance. J’aime le travail domestique. Voilà, je l’écris. J’adore ça.

Mais. Et je sais qu’il y a un piège. J’adore le travail domestique mais je ne veux pas qu’il devienne aliénant. Je n’ai pas envie qu’il devienne un jour une sorte de charge mentale plus grosse que moi. Et quand j’entends les histoires de toutes les femmes adultes que je croise, ça m’a l’air abominable.

J’ai l’impression d’avoir été éduquée à aimer donner du care, et avoir appris à fondamentalement y trouver du plaisir. Mais avoir conscience que c’est un combat à mener dans la vie de tous les jours. Ca donne mal au crâne cette dichotomie. Suis-je une bonne féministe si j’aime prendre soin de mon foyer ? Comment répartir la charge mentale de la vie quotidienne pour qu’elle soit équitable ? Est-ce que c’est pas un peu relou toutes ces discussions structurelles quand on va emménager ensemble et qu’on s’aime et qu’on veut juste des paillettes dans les yeux ?

C’est bête, mais des trucs tout bête qui en coloc se règle facilement dès que tu ajoutes de l’amour dessus, perso j’ai l’impression que c’est plus pareil. Bah oui, ça ne me dérange pas de gérer la cuisine au quotidien. Ca me fait plaisir. Et en plus ça lui fait plaisir. Et je l’aime. C’est merveilleux.

Alors que ça reste du travail.

Les 14 questions à se poser pour parler d’argent avant de vivre ensemble

J’ai fais une to do de questions à se poser pour aborder la question de l’argent dans le couple.

  • De quel matelas d’économie avez-vous besoin pour vous sentir à l’aise ? 1000 € ? 10 000 € ? Ou 100 000 € ?
  • A la fin du mois vous êtes : systématiquement dans le rouge, à 0 ou il reste toujours de l’argent sur le compte ?
  • Si le compte est dans le rouge, cela vous affecte-t-il ?
  • Etes vous attentif au prix des choses même quand vous menez une vie sans difficulté financière ?
  • Vous est-il déjà arrivé d’être à découvert parce que vous vous êtes fait un très beau cadeau sur un coup de tête ?
  • Avez-vous déjà emprunté pour acheter un produit qui valait moins de 200 euros ?
  • Avez-vous déjà emprunté pour acheter une voiture ? Pour payer des études ? Pour acheter un bien immobilier ? Est-ce que c’est des choses qui vous font peur ?
  • Avez-vous déjà emprunté sans pouvoir dire deux ans plus tard ce que vous avez fait de la somme prêtée ?
  • Savez-vous combien vous avez sur votre compte courant aujourd’hui ?
  • Avez-vous déjà acheté des objets d’occasion pour les payer moins cher ?
  • Observez-vous attentivement les dépenses de l’autre ?
  • Avez-vous tous les deux les mêmes habitudes financières ?
  • Quelles sont les tensions qui existent entre vous avec vos différences ?
  • Et quelles sont les façons dont ces différences peuvent équilibrer votre relation ?

Et je recommande à chacun le podcast Rends l’argent ainsi que le livre Les bons comptes font les bons amants.

Share: