ma copine veut arreter la pilule raton reveur blog contraception naturelle symptothermie

Salut, toi qui lis ces lignes. Je vais présupposer que tu es : un garçon, ou que tu t’identifie comme tel. Que tu es en couple. Que ta partenaire a décidé d’arrêter la pilule. Peut-être même qu’elle t’a déjà parlé de la symptothermie. Tu te sens paumé ? Tu as peur ? Devez-vous arrêter d’avoir des rapports sexuels ? Veut-elle tomber enceinte ?

 » Ca va lui passer. Elle va finir par reprendre la pilule. »

J’ai mis un temps fou à me décider d’arrêter ma pilule. Entre le moment où j’ai commencé à vraiment me renseigner sur le sujet et celui où j’ai jeté ma dernière plaquette, il s’est passé plus de six mois. Six mois où j’avalais un comprimé tous les matins en me disant que c’était en train de me faire crever.

Il y a une pression psychologique assez effroyable à l’arrêt du contraceptif. Si ta copine te dis qu’elle veut arrêter la pilule, c’est sans doute qu’elle a mûrement réfléchis à ce choix. S’il te plaît. Si tu l’aimes. Ou même, si tu es un être humain avec un minimum d’empathie : n’essaye pas de lui forcer la main pour reprendre la pilule. Les effets secondaires de cette dernière sur la santé ne sont plus à prouver. Ta copine vient de faire un choix très difficile. Elle est peut-être perdue, elle ne sait pas vers quel contraceptif se tourner, elle a peur de tomber enceinte mais elle ne veut plus prendre d’hormones. Soutiens-la.

« Mais pourquoi elle veut arrêter la pilule bon sang ? »

Parce que c’est mauvais pour la santé. Pour l’environnement. Pour tout en fait. Il y a la perte de libido, les migraines, les troubles d’humeur – peut être que tu n’as jamais vraiment connu ta copine et sa vraie personnalité vue qu’elle est probablement shootée aux hormones en permanence. Les risques plus graves, ceux d’embolie pulmonaires et d’AVC. Toutes ces choses ont longtemps été minimisée et un tabou commence à doucement se lever : la pilule tue. Je te conseille le très bon livre de Sabrina Debusquat si tu veux en savoir plus sur le sujet. Ou juste n’importe quelle recherche sur internet avec les mots clés « pilule + effets secondaires ». Demande-toi très sincèrement si toi, à sa place, tu prendrais un comprimé tous les jours s’il est aussi nocif.

« Non mais toutes les pilules sont pas dangereuses, faut qu’elle aille voir son gynéco, il y a une solution »

Alors. J’entends les personnes qui disent qu’elles connaissent X ou Y ou elles-mêmes qui sont sous pilule depuis des années et que tout va bien. Et tant mieux pour elles. En attendant, si une personne dit qu’elle veut arrêter la pilule, elle doit pouvoir être accompagnée dans ce choix. Ce qui n’est à l’heure actuelle pas le cas. Les gynécologues sont parfois très complaisants et paternalistes/maternalistes. En ce qui concerne les pilules d’autres générations : ce n’est pas parce que le problème est moins pire que le problème n’existe pas. Si elle veut arrêter la pilule. Laisse-la arrêter la pilule.

Le jour où j’ai été voir une gynéco – une sage-femme, même, je trouvais ça moins agressif – avec mes études sous le bras pour parler de mon envie d’arrêter la pilule, elle m’a dit. « Mais non. Vous êtes jeune. Votre corps peut encaisser. On va vous faire faire une prise de sang si ça vous rassure. Et je peux vous changer la pilule. Tenez, celle-la elle est remboursée par la sécu. C’est plus pratique, non ? »

« Je ne veux PAS d’enfants. Elle ne prend plus la pilule mais il est hors de question que je prenne le moindre risque. »

Lol garçon. S’il t’es arrivé de penser cette phrase, rappelle-toi que le risque est le même pour vous deux. Pour elle, qui n’a probablement pas plus que toi envie de tomber enceinte. Et pour toi. Et en fait, double risque pour elle parce que la pilule a de vrais effets nocifs sur la santé. L’arrêt de la pilule entraîne parfois un bras de fer contraceptif dans le couple.

Tu as peur qu’elle te fasse un enfant dans ton dos et que tu sois obligé de payer des allocations toute ta vie ? Tu trouves que la loi française est mal fichue parce qu’elle ne protège pas le père en cas de grossesse ? La solution ? Trouver une bonne contraception. Une contraception fiable et qui ne fasse pas souffrir.

Il est bon de rappeler que la pilule, c’est comme les antibiotiques : c’est pas automatique. Il y a des filles qui la prenne. D’autres qui ne la prennent pas. Et c’est comme ça. Le sexe, c’est fait pour faire des bébés. Si tu ne veux aucun risque, il ne faut pas avoir de conduite à risque. La pilule n’est pas une bouée de secours magique à utiliser à tout va.

Comment ne pas prendre de risques :

  • Arrêter d’avoir des rapports sexuels (je rigole. Je RIGOLE. On se calme. Continue de lire.)
  • Pratiquer des méthodes barrières (capotes, diaphragme)
  • Connaître ses périodes de fertilité

 » Non, ça ne me convient pas. Il y a pas un truc, le stérilet là ? « 

Quand on regarde la liste des contraceptifs sans hormones, bizarrement, il n’y en a pas tant que ça. Peut-être que ta copine s’est aussi sentie très au dépourvue le jour où elle s’est rendue compte qu’on savait faire des fusées pour aller sur la lune mais pas de moyens de contraception qui ne soient pas dangereux pour la santé. Alors oui, il y a le stérilet en cuivre, qui consiste à se mettre un anneau en cuivre dans l’utérus de façon à créer des inflammations répétées et éviter toute nidation. Alors non, beaucoup de femmes ne le supportent pas : 1) ça fait mal 2) il y a encore des effets secondaires (règles abondantes, vertiges, etc…) 3) on te met un machin en cuivre dans le corps pour te rendre malade au quotidien et ça t’empêche de faire des bébés. Dis comme ça, ce n’est pas la panacée, non ? Comprends que ta copine n’a peut-être pas du tout envie de se lancer là dedans.

« Elle a arrêté la pilule. J’ai PAS envie de remettre des capotes. On est en couple depuis super longtemps. »

L’argument du « On est en couple depuis super longtemps et les capotes c’est chiant » n’est pas valable. Tu ne peux pas demander à quelqu’un de souffrir au quotidien pour toi. Ta maman te dirais que c’est égoïste. Tu ne peux pas comparer le morceau de caoutchouc que tu met 15min sur ta bite – même si oui, c’est très très relou – avec les effets secondaires qui restent des années dans ton corps avec la pilule –qui sont encore plus relous, combo perte de désir + maladie + dans le pire des cas mort. Après, encore une fois, il existe pléthores de moyens d’éviter les capotes.

  • Installer un combo diaphragme + spermicide – c’est un peu long à mettre en place, il faut bien savoir comment l’utiliser
  • Trouver une marque de capote confortable – test, test, test et re-test, il y en a forcément une moins agaçante que les autres-.
  • Faire l’amour pendant les périodes d’infertilité – pas de fertilité = pas de bébé. Il y a au moins deux semaines dans le mois où ta copine est infertile.

 » Je ne crois pas à l’efficacité des méthodes de contraception naturelle. Ogino et tout, on sait ce que ça a donné »

Ogino n’est pas une méthode de contraception naturelle. C’est une méthode basée sur un calendrier qui présuppose que toutes les femmes sont pareilles et ovulent au même moment. Ce qui est faux. Un changement de température, d’humeur, d’environnement et pof, l’ovulation est décalée. C’est magique, le cycle féminin. – joue pas sur les mots garçon, c’est pas magique, c’est scientifique-.

 » Comment observer son cycle et être sûr du résultat ? Je ne veux PAS d’enfants. « 

Et elle non plus, elle ne veut sans doute PAS d’enfants. Il existe des méthodes de contraceptions naturelles à l’indice de Pearl aussi élevé que la pilule. Donc tu peux te tourner vers la symptothermie. Si tu ne sais pas ce que c’est, je t’encourage vivement à – te tourner vers mon prochain article où je vais t’expliquer en détail de quoi il en retourne-.

ma copine veut arreter la pilule raton reveur blog contraception naturelle symptothermie

 

 

Share: