J’ai mis du temps à accepter et comprendre mon corps nu. Mon cocon.

Je pense que tout le monde a des complexes. Et pourtant, ce n’est pas une fatalité. Toi aussi, tu peux apprendre à apprivoiser ton corps facilement. Rétrospective sur toutes les petites choses qui m’ont permises de me sentir mieux dans ma peau et qui, j’espère, t’aideront aussi.

Devenir modèle vivant

Je suis entrée dans l’univers du modèle vivant pour des raisons d’abord très pragmatiques : c’était un boulot étudiant qui payait très bien. Et de fil en aiguille, je me suis aperçue à quel point cette activité m’avait aidé à apprivoiser mon corps. En tant que modèle, tu es nue. Tu es payée pour être toute nue et rester immobile. Tu travailles dans des écoles d’arts ou des galeries d’artistes. Et le monde entier te regarde. Mais pas comme une personne. Comme un corps seulement.Et passé les dix premières minutes de gêne, tu finis par oublier que tu ne portes plus de vêtements.

Tu n’es pas toi, personne de tel nom et tel âge qui est potentiellement sexy et désirable. Tu es une omoplate, un nez, une cambrure de hanche. Et c’est tout. Les gens te dessinent, te sculptent. Et toi, tu ne bouges pas. Je te dirais même que tenir une pose – qui peut parfois durer 25 minutes et plus – relève d’une forme de méditation.

Devant les premiers dessins et les premières statues de moi, j’ai été émue aux larmes. Alors j’étais donc ça. Ce qu’on voit et ce que les autres représentent est totalement différent.

 

Se lancer dans l’effeuillage burlesque

Je me souviens très bien de mon premier cours d’effeuillage burlesque. Je venais de passer une nuit assez plate avec un garçon encore plus plate. Je me sentais un peu nulle et j’avais très envie de me rouler en boule dans un coin en rageant. Il s’est avéré que c’était aussi les portes ouvertes d’un club d’effeuillage burlesque et que j’y suis entrée au hasard. Je n’ai jamais réussi à décrocher.

L’effeuillage, c’est du sex appeal à l’état brute, une ambiance très bon enfant et beaucoup d’éclats de rires. C’est se déshabiller en publique et se mettre en scène pour être absolument qui on veut. Tous les rôles sont bon à prendre pour vivre sa sensualité comme on l’entend. L’enfant naïve, la femme fatale, l’inconnue mystérieuse. Plus qu’une choré et de la musique, l’effeuillage burlesque a aussi une touche de théâtre et laisse une grande part à l’interprétation du personnage.

Pas de chichis, tous les corps sont acceptés. De la taille 34 au 48, en déshabillé et sans jugement, de Paris à Melbourne en passant par Montréal, le burlesque est toujours un univers incroyablement bienveillant plein d’empouvoirement que je conseille à absolument tout le monde.

Faire une séance photo type boudoir

Il y a des photos qui restent, qui capturent un moment et qu’on a envie de garder pour la vie. Celles qu’on préparent, qu’on imagine et qu’on construit. Cet été, j’ai passé le cap de la séance de type boudoir avec une photographe professionnel, la géniale Merryl B. à Montréal.

Il y a des gens qui savent mettre les corps en valeur et ce sont bien les photographes professionnels. Si tu veux de belles photos et un projet qui TE ressemble, rien ne vaut de mettre un peu d’argent dans l’affaire. Oui, une séance coûte un peu cher. Mais c’est aussi une occasion de te réconcilier avec ton corps comme tu ne l’as jamais vu et d’avoir un résultat qui comblera tes attentes.

La photographie boudoir n’est pas réservée aux couples ou au jour de ton mariage. Tu peux en faire une absolument où tu veux et quand tu veux. Ici, j’avais pour l’idée d’immortaliser la fin de mon année de voyage en enfant sauvage dans un lac.

raton reveur blog merryl b photographe

Tu l’auras compris, j’aime être toute nue et j’ai arrêté de me dire que mon moi déshabillé devait être la propriété exclusive d’un partenaire et de ses jugements. On a qu’un seul corps. Il est comme il est. Moi j’aimerai bien avoir une chevelure de princesse et plus de seins par exemple. Mais je sais que je ne suis comme ça. Pour apprendre à s’accepter, il faut aussi apprendre à se voir. Et pas seulement sous une couette ou dans une salle de bain.

Je pense que plus tu passes de temps à observer ton corps qui n’est après tout qu’une enveloppe corporelle, mieux tu peux bien t’entendre avec.

Et toi doux raton ? Ton corps nu et toi, vous êtes copains comment ?

 

Share: