faire ses courses en vrac acheter bocaux en vrac raton reveur blog zero dechet

Dans l’une de mes dernières vidéos Youtube, je t’expliquais que j’ai passé le mois de juillet à ne pas utiliser de déchet du tout. C’est possible. Je ne te dis pas que c’est forcément facile, juste que c’est vraiment possible. La chose que je préfère faire dans ma vie, c’est cuisiner. Alors je me suis dit qu’un article pour t’expliquer comment je gère ma cuisine sans déchets t’inspirerait peut-être.

Je ne vais pas la jouer mélo et te sortir le bon vieux discours de  » Notre planète se meurt », mais je n’en pense pas moins. Sincèrement. Si tu me lis parce que le zéro déchet t’intéresse de loin ou que tu trouves ça marrant : s’il-te-plaît-essaye. C’est vraiment tout ce que je te demande. Essaye. Tu t’aperçevras que c’est beaucoup moins compliqué que ce que tu imagines – ou ce que j’imagine que tu imagines, parce qu’avant de me lancer dans cette grande aventure, j’étais persuadée que vivre zéro déchet c’était se chauffer à la bougie dans une grotte et avoir un vieux pull en chanvre qui gratte.

Focus sur la cuisine donc.

Faire ses courses en vrac.

Si tu es sur Paris, on a la chance d’avoir de très beaux endroits où faire ses courses en vrac. Par faire ses courses en vrac, j’entends des magasins où il n’y a pas d’emballage. Zéro. Nada. Même l’huile d’olive et la lessive, tu la trouves en vrac. Du coup tu remplis juste ton petit bocal et tu repars. Et tu as un impact zéro sur la planète. Et les ours polaires dansent la farandole en chantant Kumbaya.

Mes conseils pour faire tes courses en vrac :

A Paris, j’aime la boutique Day By Day. Il y en a trois dans la capitale. Les  gérants sont tous incroyables – tu as envie de te poser et leur taper la causette -. Je trouve qu’il n’y a pas beaucoup de choix  comparé à Montréal mais tu trouveras toujours un rayon épices, farines, hygiène, et moults variétés de grains (riz, pâtes), chocolats et même bonbons pour les enfants. L’avantage c’est que tu peux récupérer des bocaux gratuits. C’est très pratique.

A Montréal, j’aime particulièrement Loco du côté de Villeray parce qu’ils ont du tofu en vrac et c’est quand même géant et Frenco sur le boulevard Saint Laurent, parce que tous les lundi il y a une promo pour les étudiants il me semble bien. – et ils ont du beurre de cacahuète et de la confiture en vrac. Et tous les trucs compliqués à trouver ailleurs, comme l’aguar aguar ou le nigari. Et je suis amoureuse de leur muesli. Et je vais arrêter d’en parler parce qu’en vrai ils me manquent fort.

Mais c’est duuuuur faire ses courses en vrac !

En vrai non.  Ca dépend juste de ce que tu achètes. Of course que tu ne vas pas trouver des pastabox au jambon en vrac. Ca demande de se remettre à cuisiner des matières premières. Je t’en  parlerai une autre fois, mais cuisiner, c’est merveilleux, pour toi, pour la planète, pour les ours polaires et la farandole magique. Et c’est facile  et ça ne prend pas de temps.

 

Aller au marché

Je t’entends  venir. Si tu manges de la viande – je suis triste pour toi, la planète et le monde entier – ou du fromage et que tu viens me dire qu’au supermarché c’est tout emballé, je te réponds : va au marché.  Tu peux y aller avec ton tupperware et demander au commerçant de te mettre les choses dedans. Et s’il rouspète, tu peux aller voir quelqu’un d’autre c’est easy.

Si tu fais tes courses au supermarché pour les légumes, tu n’as pas besoin de les mettre dans un sac plastique. Peut être que la  caissière va râler mais rien ne t’y oblige. Je te conseille tout de même d’aller dans un magasin bio ou mieux, et moins cher : abonne-toi à une AMAP. Tu vas soutenir un paysan et avoir des légumes franco-français fait avec amour dans notre beau pays sans pesticides. (Note à moi même. Faire un article sur les AMAP. Mais pas tout de suite sinon ce cet article sera trop long)

 

Matériel pour faire ses courses en vrac

 

  • Des bocaux.  C’est parfois difficile de trouver des bocaux aux tailles qui correspondent exactement à de grandes quantité, pour  aller acheter un 1L de farine genre. Moi j’ai finis  par trouver  mon bonheur dans des bocaux français chez Boboco
  • Du film étirable réutilisable. Ca s’appelle des bee wrap. Ou des no-bee-wrap. En version végane. C’est grosso modo des tissus qui ont été trempés dans de la cire d’abeille ou de soja et que tu  peux utiliser pour emballer des trucs. Moi je m’en sers pour les sandwitchs achetés au marché, le fromage végétal  et dans mon frigo pour emballer ma recette cookies à  la demande (que je promet de t’écrire dans un autre article parce qu’ils sont bien trop bons)

*Disclaimer. Stephen, le super gérant de Embalvert m’a appelé cet été quand j’étais à Montréal et m’a offert des bee wraps. On  a beaucoup échangé et je me permets de te présenter son parcours.

Stephen a fait des études en astrophysique. Il a eu une belle carrière en tant qu’ingénieur dans des gros bureaux londonniens. Puis un jour il a craqué de sa vie qui n’avait pas de sens à devoir travailler pour des idiots. Alors il a tout laissé tomber. Il  est partie vivre en France dans les Pyrénées. A Pôle Emploi, il s’est reconverti comme apiculteur.

Vendre des morceaux de tissus à la cire d’abeille pour remplacer  le  papier alluminium ? C’est sa femme qui a lui a soufflé l’idée alors que la tendance venait tout juste de débarquer au Canada. En voulant réduire leur impact écologique, ils se sont rendus compte que c’était un beau projet. 

Attention ce n’est pas végane. Il existe un équivalent à  la cire de soja.

 

CONCOURS – Tu veux remporter un paquet de Bee Wrap ? Stéphane m’en a offert tout plein que je n’utiliserai pas car pas végane. Commente en bas de ce poste et dis-moi quelles sont tes 3 résolutions pour faire moins de déchet au quotidien pour espérer remporter le concours. 

Résultats le 16 novembre, envois en France métropolitaine

 

 

 

Share: