L’an dernier doux raton, j’ai été faire un trek dans le désert du Sahara. Je ne t’en ai pas parlé tout de suite, le temps de digérer l’expérience. Je reviens dessus et je te dis tout ce qu’il faut savoir si tu veux te lancer aussi.

Pourquoi faire un trek dans le Sahara ?

Parce que pourquoi pas. Quand j’étais gamine, je me l’étais notée sur ma grande to do de choses à faire en tant qu’adulte. Et se perdre dans le désert était quelque part dans la liste. Faire un trek dans le Sahara, c’était avant tout relever un gros pari sportif avec mon propre corps, à une époque où je n’étais pas encore aussi mordue de yoga. C’était aussi l’occasion de déconnecter, passionnément et à la folie. Se perdre entre les dunes dans un monde sans réseau avec du sable à perte de vue.

Comment organiser un trek dans le Sahara ?

Je t’arrête tout de suite doux raton, même si tu aimes l’aventure et que tu aimerais juste partir avec ton sac à dos, tu ne peux pas. Personne ne te laissera aller seul dans le désert. Et encore heureux ! Pour faire ce trek, je me suis appuyée sur une super compagnie de voyage qui s’appelle Mélodie du Désert. Je ne te les recommanderai jamais assez. De vrais professionnels, ultra à l’écoute et particulièrement authentiques. Pas question de traverser le désert dans des itinéraires à touristes, à la file indienne avec d’autres copains européens. Non. Chez Mélodie du Désert, on te fait passer en dehors des sentiers battus et ça c’est beau. L’équipe est composée de nomades qui ont l’habitude de traverser le désert régulièrement. Ils parlent un français parfois approximatif mais ils sont incroyables.

Tu n’es pas chouchouté comme une touriste. S’il faut marcher, tu marcheras. Mais tout est partagé avec tendresse et bienveillance. Les veillées au coin du feu, les dattes à la pose de 10h, les éclats de rires, les contes et les chansons. Bref. Du petit bonheur.

Comment ça se passe concrètement ?

Concrètement, je vais te laisser aller sur leur site parce qu’ils en parlent mieux que moi et je vais juste te donner les points qui m’ont marqué.

On était un tout petit groupe. Genre 5. Plus les chameliers. Et ça a permis de créer une vraie proximité. Je suis toujours en contact avec la plupart des gens que j’ai rencontré là bas et ce sont resté des amis. Les participants venaient tous de France. Les chameliers parlent français. Et ils ont été plus que ravis de nous apprendre des mots de berbère.

Le désert est loin de Marrakech (environ une bonne journée de route). L’entrée est située dans le minuscule village de M’hamid. Un taxi est venu nous cherché à un point de rendez-vous donné dans la ville. On s’est tous rencontrés à ce moment là. Notre chauffeur était un jeune du village de M’hamid et il était vraiment sympa.

On est parti pendant cinq jours. Et on marchait toute la journée. C’était ni long, ni court. Le matin, on se réveillait avec le levé du soleil. On petit déjeunait sur les dunes. Il y avait du pain et de la confiture – et un incroyable thé à la menthe. Puis on remballait le campement et on marchait. On faisait parfois une pause à l’ombre d’un arbre quand on voyait un. Et on marchait. Puis vers 14h, on se posait. On établissait un nouveau campement et les cuisiniers préparaient le déjeuner. C’était souvent des légumes et des céréales. Puis on avait du temps libre pour nous. Et le soir on faisait un feu et on restait parler jusqu’à la nuit tombée.

Comment tu dors dans le désert ?

Bah tu dors bien. C’est vraiment drôle, j’en garde d’excellents souvenirs de nuit. Tu remplis ta taie d’oreiller avec du sable pour te faire un oreiller naturel méga confortable. Tu creuses un trou dans le sable. Tu mets des braises dedans. Puis tu recouvres d’un peu de sable. Et tu dors dans ton trou. Il fait super froid la nuit – on était en décembre-. Du coup, je dormais avec des chaussettes de ski, un sous pull thermique et une polaire. Un sac de couchage assez épais. Et pof. Quand tu lèves les yeux, tu peux voir les étoiles. Elles sont magnifiques et je ne les ai jamais aussi bien vues de ma vie. Il n’y a pas un bruit dans le désert, tout est plus silencieux qu’une chambre vide.

Le seul truc c’est qu’il fait vraiment sombre et que si tu veux faire pipi la nuit, il ne faut pas perdre le campement de vue. Je me suis déjà pris les pieds dans un dromadaire la nuit et j’ai eu excessivement peur – et le dromadaire n’était pas content- !

 

Comment tu fais pipi dans le désert ?

Tu fais ça entre les dunes. Si tu as l’habitude de camper, tu sais. Une de nous a eu ses règles pendant le trek et elle gardait juste ses serviettes dans un petit sac pour les jeter au retour. Je te déconseille la cup, compte tenu des conditions d’hygiène. Mais go flux instinctif libre. Pour faire caca, c’est pareil, tu creuses dans la dune et tu brûles ton papier toilette parce qu’en l’absence d’humidité il ne peut pas se dégrader naturellement.

Comment tu prends des douches dans le désert ?

Bah t’en prend pas trop. L’eau est précieuse. Elle sert avant tout à boire et à cuisiner. Sur nos cinq jours d’aventure, on a pu prendre une seule douche. Perso, je suis partie un peu loin entre les dunes. J’ai posé mes vêtements dans un coin et je me suis douchée comme j’ai pu avec un jerricane d’eau. C’est grisant d’être toute nue entre les dunes et de sécher aussi vite qu’on est mouillée avec le soleil et le vent.

Est-ce qu’il fait vraiment chaud dans le désert ?

Alors oui. Mais j’y étais en décembre. Du coup c’était clairement supportable la journée. Et la nuit il faisait super froid. On a eu chaud. Mais on était toujours en manches longues et pantalon pour éviter les coups de soleil et les griffures de sables. Au village de M’hamid, on te recommandera d’acheter un chèche pour te protéger le visage. C’est indispensable. Personnellement, j’ai trouvé que les tempêtes de sable étaient mille fois plus impressionnantes et incommandantes que la chaleur.

Est-ce que c’est physiquement difficile un trek dans le désert ?

Oui et non. Je n’étais pas grande sportive et je n’ai pas vu de difficulté physique même si le soir j’étais quand même bien fatiguée. Je te dirai que c’est surtout émotionnellement difficile. Un bel endroit pour s’initier à la marche méditative. Et régler ses problèmes. Il y a mille choses qu’on a laissé derrière nous dans le désert. Moi, ça m’a aidé à vivre ma rupture. J’ai crié le nom de mon ex dans un  puit asséché, quelque part au milieu de nulle part. Et ça m’a fait un bien fou. Je me plais à me dire que le sentiment de désespoir que j’avais alors est resté au fond du puit.

Peut-on faire un trek dans le Sahara en étant végétalien ?

OUI. Voilà. C’est dit. J’ai annoncé mon véganisme d’entrée de jeu pendant ma première prise de contact avec l’agence et je ne suis pas morte de faim. C’est passé crème.

Et les chameaux, sont-ils bien traités ?

Alors. Les chameaux – des dromadaires en fait- ne sont pas bien traités, mais les chameaux sont aimés. C’est très bizarre à dire pour l’antispéciste que je suis et j’ai toujours énormément de mal à me faire une idée sur la question. Les bédouins ont besoin des chameaux pour vivre. Et si les chameaux sont exploités, ils ont aussi beaucoup de liberté en dehors des temps de marche. J’ai longtemps hésité à faire un trek dans le désert car je ne voulais pas voir de maltraitance animale. Les chameaux de Mélodie du Désert vont bien. Ils font des choses difficiles et je ne suis pas sûre qu’ils continueraient à nous suivre sur certains chemins s’ils n’étaient pas obligés de le faire, mais ils vont bien. Après, je te le dis franco cash, j’ai été mal à l’aise. Oui, les jeunes chameaux donnent l’impression de porter des charges très lourdes. Oui, les chameliers insistent parfois pour les faire se lever quand ils se reposent – je n’ai pas vu de chameau battu néanmoins. Bref. Je ne me vois pas trop faire l’occidental donneuse de leçon sur le bien-être animal auprès de gens qui attachent une réelle grande importance à leurs bêtes. Après, le dialogue dessus était particulier. Notamment quand une vision de la religion et la place de l’homme entrait dans la conversation, je ne me sentais pas trop d’essayer d’argumenter dessus.

En tout cas, à aucun moment on ne monte sur les chameaux. Ils portent juste le matériel. Si tu as envie de faire un trek mais que tu te sens mitigé vis à vis des chameaux je te dirai que la meilleure chose que tu puisses faire c’est avoir un mini mini sac pour les décharger d’un poids potentiel.

Bref, cet article est déjà un peu long donc je vais m’arrêter là, mais si tu as des questions, n’hésite pas à me laisser un commentaire

 

Toutes les photos viennent d’une incroyable personne un peu timide qui a un blog qui s’appelle No Sugar Please
L’agence avec laquelle je suis partie s’appelle Mélodie du Désert
C’est pas sexy mais pour marcher dans le désert je te conseille de porter des sandales de marches à scratch (un peu genre celles de chez Décathlon) et des chaussettes de ski.
Share: