Le paternalisme ambiant. Ou la galanterie mal placée.

Holà doux raton. Je ne sais pas toi, mais moi il y a plein de choses qui m’embêtent dans la vie. Marcher dans une crotte de chien. Confondre le sel et le sucre dans une recette de gâteau. Etre devant un gars qui me fait de la galanterie mal placée.

Mais être galant c’est bien non ?

Non. J’explique.

Je pense qu’on pourrait considérer le paternalisme comme l’opposé du machiste qui met les pieds sur la  table en se grattant les couilles et en demandant à sa nana ce qu’il y a au dîner.

Le paternalisme, c’est le gars qui va te tenir toutes les portes, te proposer un manteau, te payer le resto, te rappeler à quel point tu es une petite chose fragile et adorable. Quand il parle sur les  réseaux sociaux, il a même tendance à mettre des majuscules. Genre trop de respect. Les Dames. Les Femmes.

C’est beau. Hein. Sauf que je sais pas toi, moi je suis pas une les-Femmes. Moi je suis Cléa. Et en vrai Cléa, elle s’en pète les ovaires qu’on lui tienne la porte parce qu’elle peut le faire toute seule. Et les gars qui aimeraient lui dire qu’elle est faite en sucre, ça la gonfle en fait.

Mais être galant c’est bien. C’est gentil.

On demande beaucoup de choses aux garçons. Dont le fameux  » Etre galant avec une fille ». Mais doux raton, tu n’es pas gentil, en fait. Quand tu fais ça, tu rappelles juste à la nana en face que  » Lololol trop mignon gazouilli, tu es une fille et la vie n’est pas facile, heureusement je suis là grand et fort pour te protéger. Que tu es cute. »

J’ai envie de garçons qui viennent manifester avec moi dans la rue. Pour l’égalité des salaires. Pour les lois contre les viols. Les violences obstétriques. Tout ça. Qui assistent à des conférences comme celles de Sang Rancunes ou des Culottées du Bocal. Un  garçon qui, quand je lui dis que je me suis encore fait agressée dans la rue, écoute juste. Pas d’un matador qui monte sur ses grands chevaux à dire qu’il va casser la gueule à quelqu’un. Il n’y a pas de monstres. Ni de dragons. Ni de prince charmant. Déso gars. On est juste normaux.

Mais… Mais moi je veux juste être gentil. Etre gentil c’est une agression ?

Quand tu es gentil avec une fille, demande-toi cinq minutes :

Si ça avait été un garçon, est-ce que tu aurais fait pareil ? Est-ce que tu aurais tenu la porte ? Payé l’addition ? Filé ton manteau ?

  • Oui ? Cool, tu as l’air d’être une crème et j’aimerai trop te croiser quelque part
  • Non ? Ah. Bah en vrai tu n’es pas gentil. Tu es juste gentil avec cette personne. Probablement parce que tu attends quelque chose en retour.

Scrogneugneu féministe-mal-baisée-j’en-ai-marre-on-peut-plus-rien-faire

 

  • On peut plus draguer
  • Les filles c’est des furies
  • Je suis juste gentil
  • Elles prennent tout mal
  • C’est dur d’être un homme
  • Je veux juste baiser
  • Il n’y a pas de différences
  • Coeur, coeur, love

Je me souviens d’une conversation où un gars l’été dernier  m’avait dit  » ….et un jour avec ton mari… Enfin. Si tu te marie. Enfin. Si tu te marie avec un homme. Enfin. Euh. Voilà quoi. C’est dur. J’ai l’impression de devoir réfléchir tout le temps pour pas dire un truc blessant. »

Welcome to my world.

J’aimerai te donner un mode d’emploi de « être un individu genré masculin en 2019 ». Mais j’ai pas. Je peux juste te donner mon avis de raton, et te dire qu’honestly, les gars qui veulent remplacer mon papa ou les princes charmants dans les films, je trouve ça plate.

En vrai, je pense qu’on pourrait tous faire l’effort de parler sans généralités, sans idées préconçues et de remettre parfois en questions nos habitudes. Genre tenir une porte à la fille fragile et cute ?

Share: