Cher Chris.

Je t’écris ce message que tu ne liras jamais. Je t’écris ces mots que j’aurai aimé te hurler. Hurler du haut d’une falaise, au bout de l’océan. Comme un appel déchirant, lancé à l’oreille du vent.

I am not the only traveler
Who has not repaid his debt

Cher Chris. Je t’écris pour le retour sur Paris. Pour la nuit et le gris. Pour le froid et le vide sans saveur. Pour les jupes trop courtes des parisiennes et leus tickets de métro. Je t’écris pour le monde qui aurait pu être autre. Je t’écris pour le regret des jetées au bord de la mer. Et des nichées de bruyères.

I’ve been searching for a trail to follow again
Take me back to the night we met

Je t’écris pour les grandes allées de Sydney. Pour le tram express qui part de l’aéroport. Pour le grand pont qui mène à la rive nord. Je t’écris pour ta voiture trop petite et les baisers sur les bords de l’escalier de la fac. Je t’écris pour les boucles de tes cheveux longs. Je t’écris pour tes éclats de rire dans l’herbe du printemps.

Je t’écris pour la douceur de tes mains. Je t’écris pour les incertitudes de ta voix. Je t’écris pour ton âge d’homme enfant. Je t’écris pour avoir pris le temps.

And then I can tell myself
What the hell I’m supposed to do
And then I can tell myself
Not to ride along with you

Je t’écris les sanglots froids mêlés de chauds qu’il me reste encore au fond du coeur. Un mélange de tristesse et de gratitude. Je t’écris parce que je t’ai aimé. Parce que je pensais ne plus jamais aimer. Je t’écris pour cette nuit à Kyoto.

Je t’écris pour ce morceau d’impossible.

I had all and then most of you
Some and now none of you
Take me back to the night we met

Je t’écris parce que j’aimerai pouvoir te serrer dans mes bras. A défaut de ne jamais plus rejoindre tes draps. J’aimerai perdre mes mains dans ta nuque. Et ton parfum de bout du monde. Réhausser le haut de tes sourcils. Retrouver ton sourire. J’aimerai pouvoir te montrer ma vie. Et me souvenir à quel point tu as été important. Pour cet interlude en Australie.

Tu es l’amoureux que j’aimerai inviter à mon mariage.

I am not the only traveler
Who has not repaid his debt

Tu es l’amoureux que j’aurai voulu voir grandir. Découvrir l’homme que tu es devenu, après nos batifolages d’adolescence. Tu es l’amoureux que j’ai aimé comme on aime un premier amour d’enfance.

Le goût des fruits trop murs. Les fleurs dans les cheveux. Le sel sur la peau. Les frissons, dans le dos. Les escapades de chats. Les ronrons de loutres. La pluie sur les carreaux. Les salopettes. Les carcasses de pizza. Les pieds nus, dans l’herbe du jardin. Chemises à carreaux et balades à vélo. Les avenues de Melbourne.

Cher Chris.

Je t’écris ce message que tu ne liras jamais.

Je t’aime. Je t’ai aimé. Et je t’aimerai. Comme un frère. Comme un ami. Comme l’homme qui m’a aidé à révéler la jeune femme cachée que j’étais.

A ce retour en adolescence. A cette plongée sans apnée dans les sources. A notre amour de vacances. A l’Australie.

 

Merci à Lord Huron – The Night We Met.

Share: