raton reveur blog vie de freelance etudiant client relou probleme client

Etre freelance c’est cool. C’est la possibilité de pouvoir travailler où on veut, quand on veut. C’est fixer son propre salaire et se concentrer sur des missions intéressantes. C’est sur bien des points un rêve éveillé. Ou un cauchemar. Quand vous vous faites manger tout cru par un client relou qui vous exploite. Que vous soyez débutant qui ne veut pas se prendre au piège ou confirmé qui a envie de rager avec moi sur les clients agaçants, bienvenue dans cet article.

Le salariat déguisé, on en parle ?

En avant-propos de cet article, je rappelle la définition du salariat déguisé. En tant que freelance, vous devez pouvoir être libre de ne pas travailler exclusivement avec un seul client. Il ne peut pas exiger de vous de suivre un planning ou une méthode d’organisation précise. Si des horaires vous sont imposés, si vous devez utiliser le matériel de l’entreprise et non votre propre matériel, si on vous impose de ne pas chercher d’autres clients. Si votre activité est organisée au quotidien par l’entreprise et si vous n’avez pas le droit de prendre des initiatives dans votre activité. Si on fixe votre salaire et que vous n’envoyez pas de devis par exemple. C’est du salariat déguisé et c’est grave. En cas d’inspection du travail – c’est rare mais ça arrive-  l’entreprise devra payer de lourdes amendes.

Le statut de freelance est merveilleux mais beaucoup d’entreprises l’utilisent à tort pour éviter de payer des charges sociales en engageant un employé. Même si vous avez besoin d’argent, même si vous vous dites que ce n’est pas grave, que ce n’est pas pour longtemps. Réfléchissez très sincèrement avant de vous engager dans ce genre d’aventure. Une entreprise qui n’a aucune considération pour ses prestataires et qui est prête à les exploiter à de très fortes chances de faire partie des clients les plus relous qui soient. Je crois à un monde où le freelancisme étudiant peut favoriser la prise de pouvoir et l’indépendance. Ne vous enchaînez pas à des situations malhonnêtes où l’entreprise détourne votre statut de freelance pour vous contraindre. Vous êtes libres.

Flairer le client relou avant qu’il ne se déclare

blog raton reveur freelance étudiant

Travailler en tant que freelance, c’est avant tout créer des relations de confiance. C’est parce que le client a confiance en votre travail qu’il vous choisira sur une mission. C’est parce que vous avez confiance en sa capacité à vous payer que vous allez effectivement travailler. C’est une relation d’échange mutuelle. A partir du moment où la confiance est brisée, vous pouvez dire adieu à votre relation-client. Elle est rarement récupérable. Si en plus, vous travaillez à distance, le manque de proximité instaurera une distance émotionnelle aussi bien que physique. C’est pourquoi je ne vous répéterai jamais assez de soigner votre relation client. En tant que freelance, c’est l’une des choses les plus précieuses que vous ayez.

Agissez avec vos clients comme avec n’importe qui dans la vie. Bienveillance, professionnalisme, positivisme. Mais apprenez également à écouter votre instinct.

Si le serveur du restaurant à qui vous avez demandé un plat sans poisson parce que vous êtes mortellement allergique bégaye et semble peu sûr de lui lorsqu’il vous affirme qu’il n’y en a pas, allez-vous le croire ?

Si votre nouveau colocataire un peu louche vous dit qu’il ne pourra pas payer son loyer avant le mois prochain et qu’il n’a jamais participé à la vie de l’appartement ou déballé sa valise, n’avez-vous pas peur qu’il parte un beau matin ?

Si votre ami avec qui vous avez parlé d’un projet de vacances aux Caraïbes semble élusif à chaque fois que vous en parlez et passe rapidement à autre chose, pensez-vous vraiment qu’il a encore envie de partir avec vous ?

Un client est pareil. On peut flairer d’avance que la mission risque de mal se passer. Et n’ayez surtout, surtout pas peur de refuser une mission.

Détecter un client potentiellement relou :

  • L’annonce de proposition de mission n’est pas claire. Elle contient des fautes d’orthographes, vous semble tarabiscotée, incomplète, paraît surréaliste. Exemple : « Bonjour. Je veux quelqun pour amélioré mon SEO et etre premier sur Google. Merci pour vos candidature. » Fuyez. Ne prenez même pas le temps de répondre.
  • Le client n’a pas l’air de savoir ce qu’il veut. Son annonce pourrait sembler plausible, seulement il a l’air d’être un peu perdu et de ne pas très bien comprendre la réalité du terrain. Exemple : « Je veux un site one page comme mon concurrent. Je cherche un webmaster qui sera capable de me faire les pages design des produits parce que le site sera aussi e-commerce.C’est des gammes de porcelaine venue de Bali et donc je dois créer mon site. Il faudrait aussi qu’il m’aide à trouver des partenaires pour mieux vendre mon produit et qu’il me donne son avis sur mon marché. Merci. » C’est le genre de client qui attend un profil couteau suisse et avec qui il faudra faire beaucoup de pédagogie pour expliquer le déroulé d’une mission. En deux mots : il risque de vous faire perdre beaucoup de temps.
  • Le client est désagréable au téléphone. On a chacun sa notion de ce qui est désagréable ou non. Je sais que pour moi, un client qui a l’air stressé au téléphone, qui ne répond pas à mon bonjour affectueux, qui me fait clairement comprendre que son temps est compté et qui n’a visiblement pas lu mes messages est rédhibitoire. Si le premier contact passe déjà mal, il y a fort à parier que le reste de la mission le sera aussi.
  • Le client vous demande de réaliser un test gratuit. Exemple : « Merci pour ta candidature. Afin de faire mon choix parmi les différentes propositions, peux-tu réaliser un article test/une piste de logo/whatever ? Il ne sera évidemment rémunéré que si tu es sélectionné pour la mission 😉 «  Quand vous allez à la boulangerie, est-ce que vous demandez la moitié d’une baguette de pain pour goûter avant d’être sûr que vous allez l’acheter pour la manger ? Non ? Non. Pareil pour un client. Votre travail a de la valeur. Ne faites pas de tests gratuits. Si le client veut voir ce que vous faites, il peut regarder un portfolio. S’il veut vraiment vous tester, il peut aussi vous payer à la hauteur du temps que vous allez passer sur le test, généralement une heure ou deux, ce n’est pas grand chose. S’il n’a pas le budget pour payer un test, pensez-vous vraiment qu’il vous payera bien pour la suite de la mission ?

Astuces pour éviter les clients relous qui vous exploitent

blog raton reveur freelance étudiant

Vous n’êtes pas complètement sûr d’un client ? Vous voulez être sûr d’avoir une relation client épanouissante ? Quelques astuces pour éviter les situations agaçantes et vous protéger au maximum lors d’une mission.

Écrivez un devis le plus exhaustif possible

Pensez à absolument tout. Cédez-vous vos droits d’auteurs ? Combien de retours correctifs sont prévus ? Combien de temps sont censés vous prendre ces retours correctifs ? Si vous faites de la rédaction, vous occupez-vous également de l’intégration ? De la recherche d’image libre de droit ? Du netlinking ? Votre devis est votre seule armure en cas de problème avec un client. Plus il sera complet, plus vous pourrez le faire valoir devant un client relou qui essaye de vous exploiter en disant textuellement « Je suis désolé.e, ce point n’était pas écrit sur le devis. Souhaitez-vous une autre prestation pour l’ajouter ? Je peux en ce cas vous envoyer un nouveau devis. » N’ayez pas peur. Vous ne resteriez pas au bureau pour faire des heures supplémentaires jusqu’à minuit avec le sourire ? Les petites choses qu’essayent d’ajouter votre client à la mission sous prétexte que « ça ne vous prend que 5 min de changer cette couleur /modifier ce paragraphe /intégrer cette phrase/whatever », c’est pareil.

Pour vous protéger, lorsque vous travaillez avec un nouveau client, je vous conseille de passer par une plateforme de paiement sécurisé. Ces dernières possèdent des assurances et vous permettent d’être certains que vous serez bien payés en payant l’argent sur un compte séquestre. De plus, leur service client est généralement très réactif en cas de litige. Certes, elles prennent une commission. Mais elles peuvent être une énorme source de stress en moins. Si vous êtes étudiant, je ne dis que bien de Crème de la Crème pour vous accompagner dans votre aventure du freelancisme.

Instaurez de la distance avec votre client

Oui, j’ai dis plus haut qu’il fallait être bienveillant, positif et professionnel. Je le crois fermement. En revanche, restez ferme sur vos positions et veillez à préserver de la distance. Ne devenez pas amis avec vos clients. Ce sont avant tout des clients et vous avez besoin de garder des relations professionnelles. Je vous encourage vivement à conserver le vouvoiement dans vos conversations.

Prenons un exemple.

 » Salut Marie, tu peux bosser sur ce dossier et le rendre avant demain s’il te plaît ? »

« Je suis désolée Claire, je ne peux pas te dire oui, j’ai un autre projet à régler ça va être un peu compliqué… »

« Allez s’il te plaît ? Tu peux bien faire ça pour moi, je dois passer le weekend avec mes enfants, tu serais vraiment géniale de me rendre ce service ! »

Ou

« Bonjour Marie, pouvez-vous travailler sur ce dossier et me le rendre avant demain s’il vous plaît ? »

« Je suis désolée Claire, je ne peux pas vous dire oui, j’ai malheureusement d’autres projets prioritaires »

Claire va-t-elle vraiment répondre « Allez s’il vous plaît, vous seriez géniale de me rendre ce service, je dois passer le weekend avec mes enfants ? » Non. Elle ne va pas le faire. Le vouvoiement instaure une distance salutaire et efficace dans bien des situations.

Votre client a tendance à vous tutoyer spontanément au téléphone ? Vouvoyez-le. Il vous fait la remarque ? Précisez quelque chose comme  » Ce n’est vraiment pas contre vous, il ne faut pas mal le prendre, j’aurai du mal à vous tutoyer tout de suite. » puis enchaînez la conversation.

Dans la même veine, je vous déconseille, très, très, très, très fortement – je peux encore ajouter un très en cas de besoin- d’utiliser les réseaux sociaux pour communiquer avec vos clients. Même s’ils le demandent, essayez à tout prix d’éviter de les avoir sur What’s app ou sur Facebook. Un Slack pour les travaux en équipe, des documents google doc ou une boucle de mail sont beaucoup moins intrusifs. Ils n’auront pas accès la notification « vue », seront beaucoup moins agacés si vous ne répondez pas tout de suite et surtout, vous aurez une soupape pour respirer et vous déconnecter de temps en temps.

Quitter un client relou, mettre fin à une relation non épanouissante

L’avantage du freelancisme ?

Vous êtes LIBRES

On ne peut pas exiger de vous quoique ce soit de plus que ce qui est écrit dans un devis. Si à quelque moment que ce soit, vous n’avez pas envie de reconduire la mission. Si vous avez l’impression qu’on vous impose des choses qui n’ont pas lieu d’être : partez.

Croyez en vous. Vous êtes doués. Des missions, vous en retrouverez d’autres. Mais au travail comme dans la vie, vous n’avez pas besoin de vous infliger des relations non épanouissantes. Terminez votre mission comme il se doit et envoyez un message disant que vous préférez ne pas poursuivre la collaboration. Ne cédez pas au chantage affectif, ni aux menaces -oui, oui, certains clients essayeront, soyez prévenus.

On est pro mais pas naïfs. Et surtout, on sait ce qu’on vaut. Luttez pour votre empouvoirement.

 

Share: