voyager m'a fait grandir plus vite raton reveur blog

J’ai 21 ans. Et quand je pense à tout ce que le voyage m’a apporté, je me dis souvent que ça m’a permis de grandir plus vite. De me poser des questions différentes. D’expérimenter autrement.

J’ai 21 ans. Je viens d’une famille qui ne voyage pas et mes parents n’ont quasiment jamais mis un pied en dehors de la métropole. A part pour aller aux Antilles.

J’ai 21 ans, et depuis mes 18 ans j’ai régulièrement voyagé seule ou vécu dans d’autres pays. Finlande, Italie, Suède, Pologne, Mexique, Indonésie, Malaisie, Vietnam, Australie, Japon… Des destinations qui m’ont appris à grandir. A me faire changer.

En voyageant, je me suis remise en question. Beaucoup.

Je me suis rendue compte de mes points forts. Et surtout de mes points faibles. J’ai aperçu des facettes de mon caractère que je ne connaissais pas. J’ai rencontré des amix qui ont mis des mots sur ma personnalité d’une façon que je n’aurai pas pensée possible. On m’a dit que j’étais rigolote. Ultra sensible. Attentionnée. Là où personnellement, j’avais tendance à m’auto-définir comme un bloc égoïste avec un sens de l’humour limité.

Je me suis rendue compte que non, je ne suis pas encore une aventurière baroudeuse du tonnerre. Celle qui se ballade en short dans la jungle avec un sac à dos optimisé parfait et des cicatrices sur les genoux qui ne lui font même pas mal. Moi, j’avance tout doucement parce que j’ai souvent peur de tomber. J’ai encore trop peur de faire du stop. Je ne sais pas faire d’activités extrêmes genre de la rando sans guide ou plonger d’une falaise. Et j’ai mis un temps fou à apprendre à n’emporter que l’essentiel en voyage.

J’ai appris à saisir ma personnalité dans son ensemble. A me rendre compte de ce que je sais faire. Et aussi de ce que je ne sais pas. Et de composer avec ça. D’avancer pour améliorer. Doucement mais sûrement.

En voyageant, j’ai rencontré des personnes incroyables

C’est peut-être ça, le voyage. C’est rencontrer des gens qui sont des opposés complets ou de grands modèles d’inspirations. C’est accepter l’autre tel qu’il vient, sans idées préconçues. Parce que le voyage, tes idées préconçues, il n’en a rien à carrer. Tu es tout.e seul.e. Et si tu ne fais pas l’effort vers l’autre, tu vas rester tout.e seul.e.

J’ai passé une semaine magique à Mexico City avec David, ancien danseur professionnel qui se droguait et dansait dans la rue pour gagner de l’argent. J’ai parcouru le Mexique pendant deux mois avec Robert, un allemand carniste et fan de muscu. Je me suis pris des claques culturelles sur ma vision du féminisme occidental à Java avec Rezza, volontaire comme moi dans la jungle à Cikananga qui a fait des efforts monstrueux pour maintenir le dialogue. J’ai été hébergée en dernière minute chez Ana en Finlande, une étudiante en théâtre qui m’a ouvert sa porte et prêté son lit alors qu’elle ne connaissait de moi que la gamine perdue qui pleurait à l’aéroport. Ce gars qui a décidé d’acheter une moto pour ses 30 ans et de faire le tour de l’Amérique Latine. Cette maîtresse d’école qui se bat contre la mafia en Italie pour sauver les tortues de mer. Et tant d’autres.

Ces personnes étaient incroyables et exceptionnelles. Et jamais je n’aurai pu les rencontrer sans avoir voyagé.

En voyageant, j’ai appris à être plus flexible

Tu viens de rater ton avion/ton bateau/ton train ? Il n’y a pas d’eau chaude et il fait -2 dehors ? Tu n’as rien à manger à part un bout de pain parce que les gens n’ont pas capté que tu étais végane ?

Voyager c’est aussi apprendre à prendre sur soi. Respirer un grand coup. Et ne pas fondre en larmes à la moindre contrariété. Parce que : personne ne te connaît. Personne ne te doit rien. Personne ne viendra t’aider. Voyager, du coup, c’est apprendre à retrousser ses manches et laisser couler. C’est retrouver la paix avec soi-même. C’est aussi apprendre à se faire confiance. Se montrer des bons conseils pour voyager seul.

En voyageant, je suis devenue végane.

J’ai viré vers le zéro déchet. J’ai appris l’importance de consommer plus éthique.

En voyageant, j’ai eu envie de devenir bienveillante avec moi-même et avec les autres. J’ai arrêté de penser tout savoir. J’ai découvert une capacité d’écoute et d’attention.

En voyageant, j’ai vu et la mort et l’amour. J’ai pleuré cent fois et j’ai dû rire deux fois plus. J’ai profité des expériences de tous ceux que j’ai rencontré. J’ai arrêté d’avoir 21 ans. J’ai l’âge de mes voyages.

Et toi tout doux raton, le voyage, tu en penses quoi ?

Share: