Je ne le dirai jamais assez. Franchement, faire des frottis ce n’est pas très agréable mais ça ne coûte rien et ça permet de prendre les problème à la source bien avant qu’il ne se déclenche et devienne plus pénible.

Tout comprendre sur les frottis gynécologiques

Quand dois-je faire un frottis gynécologique ?

Les recommandations officielles préconisent de faire un premier frottis à partir de 25 ans. Puis un tous les trois ans pour du contrôle.

Si tu as une vie sexuelle dite active dans laquelle tu as beaucoup de partenaires différent.es, c’est ok de demander à faire un frottis tous les ans. Plus tu as de partenaires, plus tu peux être exposée à une souche différente de papillomavirus.

A quoi ressemble un frottis gynécologique ?

Lors d’un examen gynécologique, un professionnel de santé va insérer un écouvillon en interne dans le vagin (un peu comme le truc du Covid) et frotter au niveau du col.

Ca ne fait pas mal. C’est juste désagréable, parce que le col est parfois une zone sensible. Et que la position gynécologique c’est rarement confortable.

Qu’est-ce qu’on cherche pendant un frottis ?

Avec un frottis, on va venir récolter des cellules BLABLABLA et les analyser de plus près. Généralement, il n’y a rien et c’est une bonne nouvelle. Parfois, il y a des lésions. Elles existent sous deux formes.

  • Les lésions bas grade
  • Les lésions haut grade

Elles se traitent toutes les deux de façons différentes et il est important de l’avoir en tête. Tu ne peux pas savoir comment prendre en charge les choses si tu ne sais pas ce qui se passe. Faire un frottis est une première étape qu’il ne faut pas négliger.

Comment rendre un frottis gynécologique plus agréable ?

Certaines astuces existent pour rendre les frottis plus agréables. Par exemple :

Choisir une personne avec qui tu es à l’aise pour l’examen gynécologique.

Si la personne avec qui tu as toujours fait ton examen, c’est le gynéco de ta maman et que franchement tu peux pas le blairer. Change. C’est ok de consulter plusieurs praticiens jusqu’à ce que tu trouves la personne avec qui tu es la plus à l’aise.

Les sages-femmes peuvent complètement faire des frottis ! Si leur approche te parle plus que celle des gynécologues, n’hésite pas à y aller.

Faire une consultation séparée pour l’examen gynécologique

Tu peux éventuellement prendre un premier rendez-vous avec la personne, juste pour « parler » et faire ton examen gynécologique lors d’une deuxième séance. Ca peut te décharger du stress de devoir absolument passer sur la table d’observation au bout de quelques minutes et t’offrir un temps pour poser toutes tes questions sans pensées parasites.

Insérer le speculum soi-même

Un truc tout bête que j’aurai aimé qu’on m’explique avant c’est : tu as le droit d’insérer toi-même le speculum. Tu as le droit de demander plus de lubrifiant au moment de la pause.

Ca se met comme un toy, un tampon ou une cup. Une fois qu’il est en place, tu peux demander à ce qu’on te prévienne avant de l’ouvrir et te concentrer sur ta respiration pour que ce soit moins désagréable. C’est bête à dire mais plus tu es tendue, moins ça va être agréable. Donc respirer, ça peut aider à te décrisper.

Etre observée « l’anglaise »

Tu peux également demander à être observée « à l’anglaise », c’est à dire en chien de fusil. Si tu n’aimes pas être allongée sur le dos, les pieds dans les étriers, tu peux être observée sur le côté. Ca n’est pas censé gêner l’observation et la plupart des professionnels de santé savent le faire. C’est juste que ça prends un peu plus de temps et c’est moins courant, alors si tu ne demandes pas, on risque de ne pas te le proposer.

Bref, faire un frottis, c’est important. Si tu redoutes ce genre d’examen médical, peut-être que tu peux commencer à mieux l’apprivoiser grâce à un atelier d’auto-gynécologie.

Share: