« Ah ouais la symptothermie c’est chouette, mais mon copain n’est pas du tout impliqué ! », « Ça me stress de devoir tout gérer seul.e, et qu’il me demande à chaque fois si je suis fertile ou infertile ». « En fait, il s’en fiche et toute la charge contraceptive, c’est pour ma pomme. »

Ok, on respire. Comment faire pour partager la charge contraceptive quand on fait de la symptothermie ?

La symptothermie c’est un magnifique outil de connaissance de soi, savoir quand tu es fertile ou pas peut te permettre de l’utiliser comme une contraception fiable. Mais c’est encore une fois une contraception où la charge repose beaucoup sur la personne qui la pratique et pas du tout ses partenaires. Lire le guide complet tout savoir sur la symptothermie.

La charge contraceptive ? C’est le fait de devoir se taper les effets secondaires des médicaments contraceptifs et les risques associés à une potentielle grossesse. Pas cool donc. C’est généralement les femmes et assimilées (toutes personnes ayant un utérus en gros) qui se prennent une grosse dose de charge contraceptive.

La symptothermie permet-elle de résoudre le problème de la charge contraceptive ?

Non. Pas vraiment. Parce qu’au fond, si tu observes tes signes de fertilité tous les jours, c’est toi qui les vois et c’est dans ton corps que ça se passe. Donc tu seras toujours la première personne au courant par rapport à partenaire. Et ça peut être pénible. S’il n’y a pas d’effets secondaires avec la symptothermie, il y a tout de même pas mal de travail à faire et qui prend de l’espace mental :

  • se réveiller et prendre sa température basale alors qu’on est encore flagadou du matin
  • penser à check sa glaire cervicale dans la journée ou s’auto-palper le col de l’utérus
  • faire les analyses de cyclographes et prendre la responsabilité d’être sûre d’être en phase infertile

C’est pas rien.

Comment est-ce que partenaire peut m’aider à répartir la charge contraceptive avec la symptothermie ?

Plusieurs choses sont à portée de main de partenaire. N’hésite pas à lui déléguer le plus de petites choses possibles pour avoir une personne alliée à tes côtés. Notamment

T’aider à te rappeler de prendre ta température.

  • Partenaire peut s’assurer que le thermomètre est toujours accessible sur la table de nuit, même quand vous partez en voyage.
  • Partenaire peut penser à changer les piles du thermomètre de temps en temps (perso ça fait 5 ans que j’ai pas eu à changer les piles du mien).
  • Partenaire peut nettoyer le thermomètre à chaque nouveau cycle (un petit coup d’alcool sur un coton, ça fait pas de mal).
  • Partenaire peut se réveiller en même temps que toi et te passer ton thermomètre en période fertile.
  • Partenaire peut te rappeler de reprendre ta température après la fin de ta période infertile post-ovulatoire.
  • Partenaire peut même check la température indiquée sur le thermomètre et la noter dans le cyclographe (certains thermomètres garde la température en mémoire).

T’aider à analyser ta glaire cervicale

Surtout au début, si tu veux montrer ta glaire cervicale à partenaire pour avoir un double avis de « est-ce que c’est filant ou pâteux ? », feel free. Certaines personnes trouvent la glaire cracra. D’autres se marrent beaucoup à l’observer.

T’aider à analyser ton cyclographe et prendre des décisions ensemble

  • Partenaire peut comprendre comment fonctionne un cyclographe et faire les analyses en même temps que toi (validation de la montée du température, du pic de glaire, enlever les températures perturbées etc…).
  • Partenaire peut participer à tes séances de formation en symptothermie ! Dans mes accompagnements par exemple, je propose toujours une place à partenaire si l’envie de nous rejoindre est là.
  • Partenaire peut anticiper ton entrée en période fertile en début de cycle et prendre l’initiative d’utiliser une méthode barrière. Lire l’article comment se protéger en période fertile.
  • Partenaire peut utiliser une méthode barrière toujours par défaut (préservatif) sauf quand tu lui dis que tu es infertile.
  • Partenaire peut avoir accès à ton cyclographe, sur le frigo ou des captures d’écran de ton appli préférée, bref, suivre ton cycle au jour le jour.

Ouvrir le dialogue avec ta relation

Pour conclure. La fertilité est une histoire qui se vit à deux (ou plus !). Permettre à partenaire de comprendre la symptothermie et comment fonctionne ton corps, c’est lui offrir l’opportunité de pouvoir être soutien. Prendre des décisions ensemble « là l’un.e de nous est fertile, on fait quoi ? »

Se réapproprier sa fertilité peut être une très belle histoire, une preuve de soutien, d’amour, de complicité et de compréhension de l’autre. On devrait tout le temps se demander la permission avant de toucher le corps de l’autre dans l’intimité. La symptothermie le rend obligatoire.

Que me dit mon corps ? Est-il fertile ou infertile aujourd’hui ? C’est parfois la première porte à « Que me dit mon cœur ? Ai-je envie ou non envie de sexualité partagée aujourd’hui ? » une façon de reprendre le pouvoir…

Et never forgot : les contraceptions dites masculines existent. Alors si vraiment tu en as marre et que partenaire produits des spermatozoïdes, tu peux lui dire de se renseigner sur les anneaux de contraception thermique !

Et n’hésite pas à prendre un rendez-vous en symptothermie si tu as besoin d’en savoir plus.

Share: